Moi, perdre patience? Pffff…

Les dents serrées, le poing crispé, un noeud dans l’estomac. Il y a des jours où tout nous porte à perdre patience. Et pourtant, s’il y a quelqu’un d’habituellement patiente, c’est bien moi.

Mais ces jours-ci fiston est plus chialeux que d’habitude et teste mes nerfs qui sont un peu à vif.

Peut-être est-ce le fait qu’il a été à la garderie toute la semaine et qu’il s’est ennuyé de nous après une semaine de vacances en famille?

Peut-être que c’est parce qu’il a 8 dents qui poussent en même temps?

Peut-être que c’est vraiment, même si j’essaie de l’ignorer, le début du terrible two?

Je respire, je me parle en-dedans.

Voyons donc c’est pas grave s’il a jeté son gobelet de lait et que par ricochet ça a atteint ma tablette qui traînait sur le comptoir, que ça dégouline sur le four et que les chiennes s’en donnent à coeur joie à coup de lichettes sur le plancher. Pour la deuxième fois de la journée.

C’est pas grave que dès que je dis non il recommence à faire ce dont je lui ai interdit.

C’est pas grave qu’il fasse une crise de bacon par terre (ça remplace le swiffer, right?).

C’est pas grave qu’il crie et pleure en me regardant directement dans les yeux, l’air de me dire « tu vois ce que tu me fais vivre? ».

Et moi, qu’est-ce que je vis? La fatigue accumulée, le travail temps plein en plus du métier de maman et de tout ce que comprend la « tenue » d’une maison font de moi une personne un peu plus susceptible de péter ma coche un de ces quatre.

Rassurez-vous, je ne ferai de mal à personne, surtout pas à mon petit amour que j’adore. Mais il se peut qu’une spatule rencontre le comptoir (check), qu’un coussin soit violemment jeté contre le mur et que les voisins entendent un moment donné un cri de désespoir beuglé par une femme découragée.

Heureusement cela ne durera que quelques minutes.

Parce qu’être maman, c’est accepter que rien n’est parfait et que le monde repose sur ses épaules. Autant c’est gratifiant quand ça va bien, autant on se sent responsable de la terre entière quand c’est moins le cas.

Sur ce je vous souhaite une belle journée, moi je vais aller prendre l’air et respirer un peu!

Vous pouvez me suivre via ma page facebook : https://www.facebook.com/mamanboulotdodo

Julie Rochon

La fille derrière la création de Maman, boulot, dodo, c’est moi. Écrire est la chose que j’aime le plus au monde, après ma famille bien entendu. Ce blogue est projet inespéré dans ma vie et j’y laisse mes états d’âmes, coups de cœur et coups de gueule concernant la famille, mon rôle de maman, la vie professionnelle et bien plus encore. Je suis aussi rédactrice Web à Julie Rochon | Rédaction et réseaux sociaux.

Les derniers articles par Julie Rochon (tout voir)

(Visited 8 times, 1 visits today)

Laisser un commentaire