Mon enfant ne veut plus dormir!

Même si j’ai trouvé difficile de vivre en oiseau de nuit après l’accouchement, serrer mon bébé dans mes bras et le regarder boire son lait, les yeux fermés, agrippant mes doigts de sa petite main, valait toute la fatigue du monde.

Je n’ai pas souvent eu de la difficulté à le coucher, que ce soit pour la nuit ou pour la sieste. Et je n’ai pas trop souvent pris la peine d’aller me reposer en même temps que lui parce que fiston suivait la règle du « maman se couche alors je ne dors plus ». En étant debout durant les siestes, j’ai pu apprécier des moments de calme et me retrouver un peu.

Puis il a vieilli. La sieste du matin est disparue. Avec elle, un peu de ma patience.

Un enfant qui se lève aux aurores et qui bouge sans cesse jusqu’au dîner, ça tire du jus. Même pas un 5 minutes de silence pour me fermer les yeux quelques secondes.

Fiston a maintenant un peu plus de 2 ans et il a récemment décidé que je l’avais eu « trop facile » depuis son arrivée.

Fini les couchers rapides le soir. Non seulement veut-il se coucher plus tard, j’ai aussi droit aux 1001 raisons pour se relever. En fait il est gentil car il ne se lève pas. Mais il hurle MA-MAN pour que j’aille le voir! Sans arrêt.

Je sais que ce sont seulement des tactiques pour étirer le temps. Je ne suis pas née de la dernière pluie. Et quand il s’endort enfin, c’es mon tour d’aller au lit parce que toute la maisonnée dort déjà.

Si ce n’était que ça.

Depuis quelques semaines il se réveille aussi pour me réclamer en plein milieu de la nuit. Toujours à 2h30. Ça en est ridicule tellement il est pile à l’heure chaque fois. Il veut apparemment me rendre folle.

Je vais le voir une, deux, puis trois fois… 1h passe, puis 2… Le cadran me rappelle que je serai cernée au boulot dans quelques heures.

Habituellement il se rendort jusqu’au petit matin, où il sera assurément difficile à réveiller (duh). Et moi, l’insomniaque, ne referme que rarement l’œil du reste de la nuit, parce que toujours en mode alerte. Même avec des bouchons, j’entends tout.

Force est de constater qu’après des dizaines de visites dans sa chambre je finis toujours par me fâcher un peu. L’escalade d’émotions que ça crée en moi me rend GRRRR… Presque autant que le manque de sommeil.

Chaque soir ça recommence. Et chaque nuit je regarde les heures passer et je rêve au café fort qui me permettra d’enclencher ma routine familiale.

Heureusement, certains jours j’ai droit à un spécial et fiston et moi dormons à l’unisson, paisiblement même.

Jusqu’à la prochaine fois.

Est-ce que votre enfant a des moments où il dort moins bien?

Julie Rochon

La fille derrière la création de Maman, boulot, dodo, c’est moi. Écrire est la chose que j’aime le plus au monde, après ma famille bien entendu. Ce blogue est projet inespéré dans ma vie et j’y laisse mes états d’âmes, coups de cœur et coups de gueule concernant la famille, mon rôle de maman, la vie professionnelle et bien plus encore. Je suis aussi rédactrice Web à Julie Rochon | Rédaction et réseaux sociaux.

Laisser un commentaire