Une maman sans dessus dessous

Maman, boulot, dodo - Une maman sans dessus dessous

Devenir parent, c’est passer par toute une gamme d’émotions à un niveau d’intensité jusqu’alors inconnu. Depuis que j’ai regardé au moins 100 20 fois le film Sans dessus dessous avec fiston, j’ai réalisé que c’était vraiment les émotions qui dictaient ma vie de maman.

Maman, boulot, dodo - Une maman sans dessus dessous

Joie

Donner la vie est un sentiment impossible à décrire à quiconque ne l’a pas vécu. La fierté et le bonheur de voir son enfant faire son premier sourire ou encore de dire ses premiers mots n’a pas d’égal. Chaque jour il apporte de la joie dans nos vies. Un rayon de soleil sur deux pattes. Ses rires et ses cris (de joie) remplissent la maison et nos cœurs en même temps. Une grosse dose d’amour qui n’est pas prête de s’essouffler.

Peur

Qui n’aura pas eu de craintes avant l’arrivée de bébé? On a beau consulter des livres, on ne peut pas prédire ce qui va arriver et surtout comment ça va se passer. Une fois les deux pieds dans le quotidien de maman, on s’inquiète d’un petit rien. Notre cœur est maintenant un logement deux pièces (ou plus) qui prend toute la place.

Maman, boulot, dodo - Une maman sans dessus dessous

Dégoût

N’étant pas trop du genre dédaigneuse, la vision de changer des couches ne m’inquiétais pas trop. Devenir maman a renforci cet aspect. Amenez-en des couches pleines, des cacas dans le bain, du vomi… (ok, peut-être pas ça finalement!). Bref, mon enfant est sorti de mon ventre, je le connais sous toutes ses coutures et peu importe ce que je devrai faire pour lui et bien, je le ferai!

Maman, boulot, dodo - Une maman sans dessus dessous

Colère

Fatiguée, stressée avec l’horaire de fou Maman-boulot-pas dodo, il arrive que je m’emporte un peu trop facilement. Je crie. Hé oui! Je sais que ce n’est pas beau, mais c’est ma soupape, ma source de ventilation. Ça ne dure jamais très longtemps, mais quand même. J’aimerais que la pression, le quotidien, les mini-crises d’ado de mon threenager ne m’atteignent pas autant, mais bon. J’ai perdu ma patience en même temps que mes eaux. Alors répéter 100 20 fois la même affaire sans que rien ne bouge ou me faire dévisager avec attitude par un ti-cul haut comme trois pommes, je l’avoue, ça me met en colère!

Maman, boulot, dodo - Une maman sans dessus dessous

Tristesse

Je suis nostalgique en repensant (déjà) à tous les bons moments passés avec fiston, à toutes les étapes franchies avec émotion et fierté. Je suis heureuse de le voir évoluer et devenir plus indépendant, mais triste que mon rôle (même si extrêmement prenant) ne soit plus si important pour lui. Donner à manger, laver et béquer bobo est devenu mon quotidien. Je dois parfois aller chercher moi-même câlins et bisous en me faisant dire « Non, maman! » ou me faire repousser parce qu’il est trop occupé à jouer. Meh.

Ma mémoire est remplie de souvenirs, d’émotions. Les bons comme les moins bons sont là, enfouis dans mon subconscient. Chaque geste offert, chaque douceur reçue me renvoie au fait que je n’ai pas vraiment de souvenirs de ces moments de petite enfance avec ma mère. Et que mon enfant ne se souviendra pas nécessairement non plus de tout ça.

Aujourd’hui, c’est avec émotion que je porte à mon fils le même regard que ma mère avait pour moi. Un regard remplis d’amour, le cœur qui déborde de gratitude de vivre cette relation privilégiée avec un petit être que j’ai créé de toute pièce.

Comment vivez-vous toutes ces émotions depuis que vous êtes parent?

Julie Rochon

La fille derrière la création de Maman, boulot, dodo, c’est moi. Écrire est la chose que j’aime le plus au monde, après ma famille bien entendu. Ce blogue est projet inespéré dans ma vie et j’y laisse mes états d’âmes, coups de cœur et coups de gueule concernant la famille, mon rôle de maman, la vie professionnelle et bien plus encore. Je suis aussi rédactrice Web à Julie Rochon | Rédaction et réseaux sociaux.

Laisser un commentaire