Séparation : retrouver sa vie de femme la moitié du temps!

Maman, boulot, dodo - Une séparation... retrouver sa vie de femme la moitié du temps!

Surtout, ne me jugez pas trop rapidement, mais plus le temps passe, plus je vois de bons côtés au fait d’avoir ma fille « une semaine sur deux ».

L’adaptation à la séparation s’est faite graduellement (une chance!). Au départ, nous avons fait le choix de faire la rotation de garde tous les deux jours. Notre fille n’avait pas encore deux ans à ce moment-là et c’était inimaginable pour nous qu’elle soit séparée de nous longtemps. Mais quatre ans plus tard, les choses ont bougé. On s’est habitué à la situation et je suis plus « zen » avec le fait de ne pas avoir ma puce avec moi tous les jours.

Je clarifie quelque chose tout de suite, dès l’instant où je dépose ma puce à l’école le mercredi matin, mon cœur de maman souffre et l’ennui me prend. Être éloigné de ma fille la moitié du temps est sans aucun doute la pire chose au monde. Mais je suis chanceuse parce que l’ennui est le seul sentiment qui m’habite pendant qu’elle est chez son père. Aucun questionnement, aucun doute. Je sais qu’elle y est bien et en sécurité.

D’un autre côté, je commence à profiter « de ma vie sans enfant » dès le mercredi soir. Hé oui, pas d’obligation de partir à 16h00 du boulot pour réussir à avoir un horaire qui a du sens en soirée! Terminer tôt me permet de préparer le souper avant l’arrivée du reste de la tribu et de manger à une heure raisonnable. De donner le bain et de coucher ma fille assez tôt pour que sa fatigue ne me fasse pas vivre un matin d’enfer le lendemain.

Levé
Crédit : Unsplash/Pixabay

Et que dire du jeudi et vendredi matin où je fais la « grâce » matinée! Parce que je commence à travailler uniquement à 9h00, je peux partir de chez moi à 8h30. Ça m’est impossible quand ma fille est avec moi puisqu’elle commence l’école à 8h00. Je me lève donc à 6h15 ces matins-là et j’en profite pour commencer à travailler tôt (pour pouvoir terminer tôt!).

Il y a aussi les soupers entre amies que j’essaie de mettre à mon agenda au moins une fois par mois. Pas besoin de payer une gardienne, pas d’obligation d’aller manger chez St-Hubert ou chez McDo parce que là, il y a une salle de jeu. Ne pas devoir rentrer tôt pour coucher ma puce à une heure décente!

Et je n’ai pas encore parlé des magnifiques retrouvailles que nous nous payons, mon chum et moi, dès l’instant où les enfants franchissent le pas de la porte le vendredi soir. Des restos, parce que oui, ça coûte moins cher. Des soupers très tard parce qu’il n’y a pas de petit ventre affamé. Des soirées coquines parce qu’il n’y a pas d’oreilles indiscrètes!

candle-1096055__180
Crédit : Vitavalka/Pixabay

En plus, puisque je vis maintenant en famille reconstituée, je ne peux veux pas imposer ma famille et mes amis aux filles de mon chum. Alors le fait de ne pas les avoir avec nous un week-end sur deux nous permet de planifier des rencontres moins intéressantes pour les enfants.

C’est donc un parfait équilibre. La moitié du temps je me consacre à ma fille (et à ma nouvelle famille), je ne fais pratiquement jamais appel à une gardienne, je planifie mes sorties ou activités les jours ou fins de semaine où nous n’avons pas les enfants. L’autre moitié du temps, je redeviens une femme, une amoureuse, une amie « disponible » et une travailleuse qui ne compte pas ses heures.

Avez-vous réussi à trouver l’équilibre dans votre vie? Parce que séparés ou pas, il ne faut surtout pas s’oublier en tant que personne!

Stéphanie Jobin

Stéphanie Jobin

Maman d’une jeune fille de 6 ans, elle est aussi devenue la belle-maman des deux ados de son nouveau chum. Elle vous présente des sujets qui la touchent, avec un regard franc mais émotif. Elle sera notre super maman qui arrive à concilier deux familles et une vie professionnelle remplie.
Stéphanie Jobin

Les derniers articles par Stéphanie Jobin (tout voir)

(Visited 40 times, 1 visits today)

One Reply to “Séparation : retrouver sa vie de femme la moitié du temps!”

  1. […] années après ma séparation avec le père de ma fille, j’ai finalement la chance d’aimer à nouveau, et deux magnifiques […]

Laisser un commentaire