Être grand-maman à 48 ans

Maman, boulot, dodo - Être grand-maman à 48 ans

Collaboration spéciale de Marise Roy. 

Je me souviendrai toujours du sentiment de joie si puissant ressenti lorsque ma fille m’a annoncé que je serais grand-maman.  Je savais qu’un jour ça arriverait, mais lorsque le tout se concrétise, les émotions qui nous envahissent sont multiples et si intenses!

Ayant moi-même connu 4 grossesses, je connaissais les étapes qu’auraient à franchir ma fille.  J’avais évidemment très hâte au jour fatidique, mais j’étais également craintive.  Est-ce que ça allait bien se passer pour elle?  Son bébé serait-il en bonne santé? Heureusement, l’émerveillement devant les changements qui rendaient ma fille si belle et rayonnante a surpassé mes appréhensions.

Se préparer à être une grand-mère est un vrai tour de force!  Les séances de magasinage deviennent plus longues et excitantes puisque les arrêts vers les articles ou vêtements de bébés se font plus fréquents.  Et puis, il faut savoir faire preuve de retenue et ne pas inonder les futurs parents de multiples achats qu’ils aimeraient souvent mieux faire par eux-mêmes.

Maman, boulot, dodo - Être grand-maman à 48 ans
Crédit : Marise Roy

Enfin, la voilà !

Après 41 semaines d’attente, le jour tant attendu est finalement arrivé!   La petite a vu le jour le 5 septembre 2014, à 12h09.  Cette journée-là je travaillais à deux pas de l’hôpital et je finissais à 14h30.  Que faire?  Vais-je les voir?

Déjà les parents ont su me faire une place en m’accueillant dans leur chambre, sommairement nettoyée.  Quel privilège de pouvoir être là avec eux, à savourer une parcelle de leur bonheur pour quelques instants!

Quelle étrangeté  et quel ravissement lorsque, pour la première fois, tu tiens ce petit trésor de la vie, si minuscule et dépendant! Quelle admiration devant cette nouvelle maman qui, bien qu’exténuée, pétille de bonheur!  Comprendre enfin les émotions décrites par ma mère bien des années auparavant! C’est grand et fort l’amour!

Source de bonheur

Clara deviendra rapidement mon petit miracle de la vie! Deux mois après sa naissance, ma mère perdra sa lutte contre le cancer.  (Heureusement, nous aurons eu le temps d’avoir notre photo des 4 générations une semaine avant son décès.)

Le simple fait de la prendre dans mes bras suffisait à alléger mon chagrin.  Ma petite-fille m’a aidée à surmonter cette épreuve en m’apprenant à vivre au moment présent.  Chacune des minutes passées à ses côtés devenaient des moments de pur plaisir.   Elle est un vrai petit rayon de soleil, un joyau précieux et délicat qu’on ne se lasse pas de contempler.

À sa naissance, je ne savais pas encore exactement quel titre donner à mon nouveau rôle.  Étant de nature parfois folâtre, je suis rapidement devenue mamie coucou et très « gaga » de ce petit poupon.  Je lui ai même composé une chanson que je lui chante encore à ce jour.  (C’est peut-être un surnom étrange pour une mamie, mais j’assume pleinement mon choix.)

Maman, boulot, dodo - Être grand-maman à 48 ans
Crédit : Marise Roy / Montage : Julie Rochon

L’apothéose!

Pour tout vous dire, les mots me manquent pour exprimer l’euphorie qui envahît tout notre être lorsqu’on a la chance d’être grand-maman.  Si ma fille m’envoie une vidéo, je peux la visionner jusqu’à 5 fois d’affilée tellement je suis émerveillée par les progrès de la petite.  Quoi qu’il en soit, arriver à un moment de sa vie où tu constates qu’un petit être si parfait provient de ta propre chair et observer avec admiration la maman qui remplit sa fonction de manière si exemplaire, quelle fierté!

Lorsqu’on devient maman, on a la conviction qu’il n’existe aucun amour plus fort que celui que nous ressentons pour nos enfants.  Et bien détrompez-vous!  L’arrivée de nos petits-enfants est un bouleversement total!

Engagement et discrétion

Devenir grand-maman c’est s’engager à donner de son temps, mais également se faire violence en résistant à l’envie de voir fréquemment le nourrisson. C’est aussi être conscient que nous ne sommes pas les seuls à faire partie de sa vie. Il faut agir avec modération, attendre les invitations ou du moins vérifier auprès des parents du moment opportun pour faire une visite.

Finalement, la subtilité est de mise!  Les nouveaux parents ont droit à l’erreur!  En vérité, devenir grand-maman est un apprentissage de tous les instants car il faut s’adapter aux nouvelles méthodes. La beauté de notre rôle est que nous sommes des accompagnateurs et il suffit d’être présents et à l’écoute en cas de besoin.

Cependant, je peux vous affirmer que c’est un statut qui me plaît!  Ma mission première est de passer de bons moments et de faire en sorte que ceux-ci deviennent inoubliables.  J’ai l’intention d’être présente pour tous les moments importants de la vie de mes petits-enfants et de leur procurer toute l’affection nécessaire à leur épanouissement.  Ah et puis, je l’avoue… je vais probablement les gâter en cachette!

Les derniers articles par Maman, boulot, dodo (tout voir)

(Visited 59 times, 1 visits today)

Laisser un commentaire