J’ai choisi ma route

Maman, boulot, dodo - J'ai choisi ma route

Il y a quelques semaines j’ai eu un coup de fatigue intense qui m’a forcé à arrêter toutes mes activités et à réfléchir à ce que je voulais dans ma vie de tous les jours.

J’ai réalisé que j’avais envie de « prendre le temps ». Tout est toujours une question d’horaire et de performance, autant à la maison qu’au travail. On veut avoir mieux que le voisin, se montrer sous son meilleur jour sur les réseaux sociaux.

Comme d’habitude, malgré le fait que j’ai tout tenté pour repousser mes envies de vivre librement, mon coeur a été plus convaincant que ma tête. Il m’a chargé à bloc d’un espoir de profiter de la vie pendant que je suis là, pendant que j’en suis capable.

Je reviens toujours à ma mère, qui me disait de vivre au jour le jour. Un concept bien abstrait pour la fille toujours sur une patte avec 1001 projets en tête. Je trouve ça bien difficile à appliquer, mas je vais tenter de l’adapter à ma situation… disons au mois!

Ce moment de recul m’a donc amené à tout remettre en question. Ma vie de maman, ma vie de couple, la job, les responsabilités qui fusent de toute part et qui tiennent sur mes frêles épaules. J’ai dû établir des priorités et faire des choix. Dont un particulièrement épeurant.

J’ai remis ma démission et je n’ai rien devant moi.

J’ai démissionné d’une job que j’aimais, me forçant à dire au revoir à une belle gang avec qui j’aimais passer mes journées. Je n’ai rien devant moi. Pas de travail. Pas d’horaire prévu non plus.

Juste ma vie à vivre et des moments du quotidien à apprécier, à savourer.

Évidemment, j’ai la tête pleine de projets et le statut de travailleur autonome me fait de l’oeil, ce n’est une surprise pour personne dans mon entourage. Je ne resterai sûrement pas longtemps à ne rien faire, me connaissant. Mais j’ai décidé de reprendre les rênes de ma vie sans me soucier de ce qu’en pensent les autres, sans contraintes.

Est-ce qu’on appelle ça se lancer dans le vide ou avoir un besoin viscéral de vivre? De regarder le temps passer, de me retrouver moi, la fille pleine de rêves à réaliser?

J’ai donc choisi ma route. Ce n’est pas la plus simple (pour faire changement) ni la moins cahoteuse, mais c’est celle que j’ai envie d’emprunter.

C’est à suivre…

Avez-vous déjà fait le choix de modifier la route qui vous était destinée?

 

Merci à Julie Philippon pour la photo qui m’a inspiré ce texte et qui m’a permis de l’utiliser!

Julie Rochon

La fille derrière la création de Maman, boulot, dodo, c’est moi. Écrire est la chose que j’aime le plus au monde, après ma famille bien entendu. Ce blogue est projet inespéré dans ma vie et j’y laisse mes états d’âmes, coups de cœur et coups de gueule concernant la famille, mon rôle de maman, la vie professionnelle et bien plus encore. Je suis aussi rédactrice Web à Julie Rochon | Rédaction et réseaux sociaux.

6 Replies to “J’ai choisi ma route”

  1. Bonjour!

    Très bon article!

    J’aime beaucoup les phrases «J’ai réalisé que j’avais envie de « prendre le temps » et «Comme d’habitude, malgré le fait que j’ai tout tenté pour repousser mes envies de vivre librement».

    Je trouve que de nos jours, «avoir envie de prendre le temps», ce n’est pas bien vu. Ça fait lâche, sans ambition.. Et pourtant, surtout avec des enfants, on peut avoir envie de prendre le temps, en effet. Surtout pendant la petite enfance, ça passe tellement vite!!

    Moi, en tout cas, je me dit ça avec mes enfants.

    Merci de faire part de ce choix de vie dans cet article, c’est encourageant quand on a aussi ces idées!

    1. Étonnamment, les gens me trouve plutôt courageuse que lâcheuse. Je ne vois pas cela comme du courage mais plutôt un élan pour vivre sa passion sans contrainte! Et, je l’avoue, avec une plus grande flexibilité et davantage de temps à consacrer à ma famille! Merci pour ton commentaire Annie, c’est très gentil! 🙂

  2. En effet, c’est ce que j’ai fait lorsque j’ai décidé de repartir à zéro à l’autre bout du monde en quête d’une meilleure vie pour moi et ma petite famille. Tu as fait ce qu’il faut faire quand on a des rêves : foncer sans trop y penser ! J’adore ton texte, il reflète exactement mes principes de vie que j’exprime moi aussi dans mon texte Notre vie, notre choix (http://www.karinafemmeorchestre.com/immigration/notre-vie-notre-choix-2/). Merci pour cette belle tranche de ta vie !

    1. Merci Karina! Tu as fait tout un saut dans le vide en quittant un pays! Bravo!

  3. Ton texte m’a ramenée en arrière. Il y a six ans presque jour pour jour, je remettais aussi ma démission et je quittais officiellement à la fin de l’été. J’aimais beaucoup mes collègues, mais j’avais l’impression d’avoir fait le tour. Et surtout, je souhaitais mieux concilier travail et famille, ralentir un peu. C’est une décision que j’avais mûrie longuement. Je voulais devenir pigiste, mais je n’avais encore aucun contrat devant moi. J’avais un blogue de maman à l’époque et j’avais illustré mon billet à ce sujet avec une photo de moi sautant en parachute. Même sensation d’excitation et de liberté, mais aussi d’inquiétude devant ce grand vide. Heureusement, j’avais mon expérience et un coussin financier comme parachute. Depuis, je ne l’ai jamais regretté. Je te souhaite sincèrement autant de bonheur.
    En terminant, je te laisse ce lien qui pourra peut-être t’inspirer dans ta démarche: http://economiesetcie.com/2016/03/travailleur-autonome-maison/.

    1. Nous avons un peu le même parcours! C’est excitant mais apeurant à la fois de ce lancer dans le vide! Je suis mon instinct… il me trompe rarement!

Laisser un commentaire