Est-ce la fin de Maman, boulot, dodo?

J’ai mal à mon blogue.

Il y a quelques semaines que ça dure. Je me questionne pas mal sur son avenir ces temps-ci.

Dans un monde où la performance mène le bal, Maman, boulot, dodo remporte le prix de consolation : une belle tape dans le dos pour souligner sa participation.

Quand j’ai créé Maman, boulot, dodo (MBD) en juillet 2014, Montée de lait et TPL Moms étaient en plein essor et une grande source d’inspiration pour moi. Quand j’ai décidé de me lancer pour vrai, sur un coup de tête, pour parler de ma nouvelle vie de maman, j’étais loin de me douter que j’allais encore être dans le paysage près de 2 ans 1/2 plus tard.

Ni que la compétition des blogues de mamans serait si féroce. Il y en a PARTOUT maintenant!

Au fil du temps j’ai découvert deux sortes de blogueuses : celles qui sont prêtes à tout (et qui semblent avoir trouvé la twist pour devenir populaire) et celles qui s’entraident et participent au rayonnement des autres. Parce que chacune a sa place. Vous vous doutez bien qu’au fil du temps je suis devenue amie avec des filles de la deuxième catégorie.

L’argent, toujours le maudit argent

Aujourd’hui, tout le monde est à la recherche d’une façon de monétiser son blogue, d’avoir des statistiques de fou concernant les visites sur son site pour pouvoir mettre de la publicité et faire plus d’argent. Tsé question d’arrondir les fins de mois pas évidentes de la vie d’entrepreneure…

Je réalise que tout ceci ne me ressemble pas du tout.

En lançant mon entreprise à l’été 2016, j’ai tenté le coup moi aussi près des agences de relations publiques pour recevoir des produits à tester, puis être payée pour en parler.

Cuisant échec.

Je ne suis qu’une adresse courriel parmi tant d’autre. Une adresse qu ne fait pas assez de vues (lectures) par billet pour daigner m’offrir quelque chose d’intéressant.

Il y a quelques mois j’ai perdu le plaisir d’écrire. Mettre son coeur sur papier (votre écran) et ne récolter que quelques lecteurs, 2-3 likes sur Facebook (et encore!), c’est un peu dur sur l’ego, je l’avoue. Surtout avec tout le temps que je mets à faire vivre MBD.

J’ai donc cessé de regarder les statistiques. Au diable les chiffres, j’haïs ça de toute façon! Plus les semaines ont passées, plus l’inspiration est revenue.

Mais sans visibilité, à part une poignée d’irréductibles lectrices (merci d’être là!), MBD n’est pas grand chose. Je comprend le fait que vous êtes bombardés de contenu. Du bon, du moins bon. Du sérieux et du léger.

Est-ce la fin de Maman, boulot, dodo? | Maman, boulot, dodo
Crédit : Unsplash/Pixabay

En grande réflexion

Je suis donc en grande réflexion sur ce que je peux apporter à la blogosphère, à vous ainsi qu’à moi-même, qui a longtemps cru que MBD pouvait devenir plus grand.

Chacun ses moments de découragement, hein? J’ai décidé de mettre les cartes sur table pour vous, parce que je le sens comme ça.

J’ai perdu ma mère il y a bientôt 1 an (et je n’en reviens toujours pas) et depuis j’ai comme un besoin de me réaliser, de réussir ce que je fait, d’entreprendre 1001 projets. J’en ai plusieurs pour Maman, boulot, dodo, mais sans vos likes, vos commentaires et vos partages personne ne nous voit. C’est plate comme ça.

98% des visiteurs qui arrivent sur le blogue proviennent de Facebook. Et à moins d’interagir avec les publications que vous voyez (et que j’espère vous prenez le temps de lire), vous ne verrez pas les suivantes. Merci Mark Zuckerberg.

Et je n’ai pas de sous pour faire de la publicité Facebook, ne tirant aucun revenu du blogue.

Depuis quelques jours, autant professionnellement que comme blogueuse (oui, j’ose me surnommer ainsi quand même! Ça a pris du temps avant d’en arriver là!), je reviens à la base : ma passion c’est écrire.

Je veux que MBD soit reconnu pour ses textes personnels et ses coups de coeur (non commandités).

Comme avant. Quand il n’était pas question de faire des sous avec ça.

Un choix à faire

Il n’y a pas de pub sur le site Web de Maman, boulot, dodo. C’est mon choix. Alors pour être conséquente avec moi-même, je pense faire un retour aux sources.

Les billets commandités, les cadeaux gratuits (que je devrai maintenant déclarer sur mon impôts, le saviez-vous?) ne seront plus une priorité. On s’en fout à vrai dire, même. Depuis septembre 2015 que j’ai de supers collaboratrices avec moi à qui je répète toujours qu’on fait ça pour le plaisir.

ll est temps que je tienne compte de mes propres conseils.

Fuck that les statistiques et les cadeaux gratuits. Rien ne vient du coeur dans tout ça. Et ça ne me ressemble pas.

Je ne sais pas ce que réserve l’avenir à MBD, mais on va revenir au coeur. L’essence même de notre vie de maman.

Je ne sais pas ce que réserve l’avenir à MBD, mais j’espère que vous serez là, au rendez-vous.

Merci d’être là (et d’avoir lu jusqu’au bout!).

Julie aka Maman, boulot, dodo

 

Julie Rochon

La fille derrière la création de Maman, boulot, dodo, c’est moi. Écrire est la chose que j’aime le plus au monde, après ma famille bien entendu. Ce blogue est projet inespéré dans ma vie et j’y laisse mes états d’âmes, coups de cœur et coups de gueule concernant la famille, mon rôle de maman, la vie professionnelle et bien plus encore. Je suis aussi rédactrice Web à Julie Rochon | Rédaction et réseaux sociaux.

18 Replies to “Est-ce la fin de Maman, boulot, dodo?”

  1. Je suis tellement en accord avec ce que tu dis!

    Dans ma niche, les blogues sur la lecture, il y a les blogueurs qui semblent parler avec leur cœur et être authentiques et il y a ceux qui disent des belles affaires pour avoir encore plus de livres gratuits, être encore plus partagés par les maisons d’édition et avoir encore plus de vues pour faire des sous avec de la publicité. Je suis dans la team authenticité et entraide. Et j’aime penser qu’on peut bloguer pour s’exprimer et partager.

    Je te souhaite que ton blogue te rende heureuse (c’est ça le plus important!)!

    1. Merci Julie! 🙂

  2. Merci de tout nous dire! Eh oui, tu as raison…la blogopshère est féroce et le nouvel algorithme n’aide pas pantoute. Je te souhaite de prendre une décision qui te rendra heureuse. Psst…il y a encore des lectrices qui aiment et reconnaissent l’authenticité. Bises. Anne

    1. Merci beaucoup! 🙂

  3. C’est une belle réflexion Julie! Tu as tout à fait raison: un blogue, ce doit d’abord et avant tout être pour le plaisir! Fais-le pour te gâter, ton petit plaisir à toi! Et c’est comme ça que le lectorat va se rembarquer, parce que le plaisir… c’est contagieux! 🙂 Gros calins virtuels xxxx

    1. Merci Kaylynne, je retrouve ce plaisir d’avant qui, je l’espère, retentira dans toute la blogosphère! 😉

  4. Pour ce que cela vaut: j’aime beaucoup te/vous lire (même si je ne commente/partage pas). J’espère que ton blogue va continuer encore, si cela te rend heureuse.

    1. Merci, c’est gentil! 🙂

  5. Idem ici. J’ai eu la même réflexion au mois d’août, j’en ai aussi écrit un article. Depuis, j’ai décidé de faire du slowblogging… J’écris seulement une fois semaine (des fois moins). Pas de pub sur le site, je ne regarde plus les stats et je ne cours pas après les entreprises pour leur faire de la pub ou des concours. J’haïs ça pour mourir. Évidemment, après un an, mes vues sont ridicules. Pas grave, j’écris et je partage mes coups de cœur. Pour moi, c’est l’essentiel 😉

    1. J’écris moins mais ça ne paraît pas trop parce que j’ai quelques collaboratrices. Mais effectivement personne ne mourra si on publie moins. De toute façon c’est essoufflant après un temps! Vaut mieux la qualité que la quantité!

  6. En effet, Julie, je ressens depuis quelques semaines la même chose que toi. Et moi aussi je me suis toujours dit que si je fais quelque chose, il faut que j’aie du plaisir. Et ce qui me donne, c’est écrire ! Alors, je continue d’écrire pour le plaisir d’écrire et tant mieux si quelqu’un éprouve quelque chose en lisant mes textes ou tant mieux si quelqu’un me lit. Pour moi, c’est exactement comme avec mes livres, aucun lecteur ne m’a jamais écrit pour me dire quoi que ce soit. Au moins, la maison d’édition les accepte et les aime, alors je me dis que ce que j’écris n’est pas si mal. En tout cas, si tu décides de continuer, sache que je te suivrai.

    1. Je vais assurément remettre le focus sur le plaisir d’écrire! On lâche pas! 😉

  7. Un seul mots : TELLEMENT!!

  8. Ah que j’aime ton billet! Parce que j’ai décidé, moi aussi, de dire un gros « Fuck that » aux stats! Je n’avais pas cette ambition au départ mais ça nous rattrape toutes un jour quand on voit les autres autour, hein? Mais ma réflexion n’aura pas été longue. La visibilité, je l’ai trouvé du côté de la collaboration mais sur mon blogue, je demeure complètement libre! Honnêtement, je n’aime pas les blogues « commerciaux », ceux qui sont bourrés de pub, de placement de produits, ça me « turn off » t’as pas idée. Je n’arrive pas à focusser, mon cerveau est trop stimulé par tout ce qu’il y a autour. J’aime les blogues maisons, les blogues du vrai monde.

    1. Merci! 🙂

  9. Bonjour Julie,
    Je viens de découvrir ton blogue grâce à ta présence sur le groupe Les p’tites Girlboss ou encore l’Académie du blogue. Je suis tombée sur cet article et sincèrement tu n’es pas seule à avoir cet avis! On te comprend x 1000.

    Si cela peut aider, je m’en vais de ce pas t’ajouter à la liste de blogues de maman à découvrir!!! Tu y retrouveras aussi plusieurs trucs pour blogueuse-maman, si tu y retrouves un conseil qui peut te donner des idées et raviver cette flamme de blogueuse, j’en serais plus que ravie 🙂 Un des trucs étrangement est d’écrire ailleurs que sur notre blogue. Pourquoi ne pas être collaboratrice sur un autre blogue-maman hyper populaire et faire des liens vers ton blogue ? Tu accèdes ainsi à une autre audience. Just saying! Ce n’est pas tout le monde qui croit en cette méthode. (voir les conseils de traficmania.com)
    Je t’ai référé ici : https://annieworkstation.com/2016/11/16/4-etapes-pour-creer-vos-strategies-marketing-et-partenariats-avec-les-blogues-pour-mamans/

    1. Merci Annie! J’ai fait de nombreuses collaborations par le passé, mais présentement, avec mon entreprise et le blogue ça fait beaucoup (j’ai un blogue professionnel aussi donc…). On lâche pas! 😉

Laisser un commentaire