Je ne serai jamais une #soccermom

Je ne serai jamais une #soccermom

J’ai honte. J’ai inscrit mon enfant au soccer pour l’été. Comme un mouton, je me suis laissée envahir par l’enthousiasme débordant des #soccermom aux prises avec la fièvre du soccer.

J’ai hésité. Mais je me suis laissé convaincre par le fait que mon fils pourrait jouer avec des amis de son âge, qu’il apprendrait un sport d’équipe et qu’il aurait du fun. Je me sentais déjà mal de ne pas ressentir toute cette excitation pour ce sport qui me laisse, disons-le, de glace (comme tous les autres sports en fait).

Évidemment l’eau a coulé sous les ponts depuis son inscription. On a vendu la maison et on se retrouve dans un tourbillon bordélique de pré-déménagement. Ça et plein d’autres choses.

Je ne serai jamais une #soccermom
Crédit : Julie Rochon

Le jour J

Sa première partie, je l’ai manqué parce que j’étais à l’extérieur pour le travail. Papa est allé avec lui, pas trop convaincu lui non plus de ma décision de l’inscrire.

Le jour J j’étais bien énervée que mon chum m’envoie une photo par texto. Fiston sur le terrain avec son chandail d’équipe. Il était trop chou avec ses bouclettes et sa casquette! Tellement que je me suis dit que ça y était, qu’on avait le futur Ronaldo (c’est tu ça? je suis zéro connaissante en la matière). J’étais fière de lui, de ce qu’il accomplissait.

5 minutes plus tard, mon chum m’a fait suivre une autre photo de fiston… au parc.  Hein??

Il avait le ballon, il se l’est fait enlever. Sa carrière était finie. Bête de même. Pleurs en prime. Pauvre petit.

J’étais prise entre deux émotions, je dois l’avouer. D’un côté j’étais déçue et triste pour lui. Et… hum… de l’autre j’étais soulagée. Je n’allais pas être prise pour passer l’été assis sur ma chaise pliante à regarder mon gars kicker un ballon. Allez-y, jugez-moi!

Je sais, les #soccermom hésitent présentement entre la surprise et le jugement. Ben non, mon fils ne jouera finalement pas au soccer cet été. Il va jouer au parc et avec ses amis de la garderie. Sans horaire, sans restriction ni lieu défini.

Je ne serai jamais une #soccermom
Crédit : Julie Rochon

On a le droit de ne pas aimer ça… non?

Fiston a 4 ans et saura bien me demander de faire une activité quelconque ou pratiquer un sport en particulier quand il le voudra. Je n’ai pas fait de sport quand j’étais jeune et je m’en suis pas mal tirée (enfin je crois).

En attendant, c’est avec une gêne incroyable et une peur du jugement que j’ai annoncé qu’il quittait l’équipe. Bon, quitter est un grand mot quand on a joué que 5 minutes dans la saison, mais quand même.

C’est une question de circonstances? Peu importe. Même si je pousse toujours fiston à persévérer, je ne l’oblige pas non plus à faire une activité qui ne lui procure aucun plaisir. Oui, je sais, j’aurais pu le pousser à essayer de nouveau. Mais la vie c’est aussi ça, accepter qu’on n’est pas tous faits pareils.

Je ne serai jamais une #soccermom. Je l’affirme haut et fort, bien cachée derrière mon écran.

Est-ce que c’est si grave que ça?

Pantoute.

 

 

Julie Rochon

La fille derrière la création de Maman, boulot, dodo, c’est moi. Écrire est la chose que j’aime le plus au monde, après ma famille bien entendu. Ce blogue est projet inespéré dans ma vie et j’y laisse mes états d’âmes, coups de cœur et coups de gueule concernant la famille, mon rôle de maman, la vie professionnelle et bien plus encore. Je suis aussi rédactrice Web à Julie Rochon | Rédaction et réseaux sociaux.

2 Replies to “Je ne serai jamais une #soccermom”

  1. Je te comprends !!! Personnellement, j’ai inscrit ma fille en gymnastique parce qu’on m’a dit qu’elle était particulièrement habile. Je ne voulais surtout pas être une maman de gymnaste, tant que ça reste un loisir 1h par semaine ça va, mais pas plus, c’est une enfant, elle va profiter de son temps libre et surtout j,avais pas envie de la pousser là-dedans. Sauf que c’est venu d’elle, elle m’a demandé plus de temps de gym, elle ADORE ça. Donc je me retrouve bien malgré moi à devoir faire 100 allers-retours par semaine au gymnase. Mais j’aurais fait comme toi, dans la même situation. Après tout, à cet âge, c’est le plaisir qui prime et non pas l’apprentissage d’un sport surtout s’il ne l’apprécie pas.

    1. J’avoue qu’on ne peut pas contrôler ce que nos enfants aiment ou pas. Dans le cas du soccer je suis un peu soulagée… mais toi tu as tout un horaire de gym maintenant à gérer! Avec l’école et les devoirs ça doit être du sport!

Laisser un commentaire